Pro Infirmis - Navigation

vendredi 25 septembre 2015 00:00Il y a : 1 year

Faire ses achats en toute autonomie avec une déficience intellectuelle

Pro Infirmis identifie les habitudes des consommateurs ayant une déficience intellectuelle


Choisir ce que l’on achète, mettre les produits soi-même dans son panier, payer et rentrer chez soi est un acte anodin et répétitif de la vie quotidienne. Cependant, faire ses achats soi-même n’est pas une activité banale pour tout le monde. Pour les personnes ayant une déficience intellectuelle, c’est le résultat d’un apprentissage. Les lieux d’achats ont également leur rôle à jouer puisque certains aménagements peuvent aider les personnes en situation de handicap à faire leurs emplettes en toute autonomie. Afin d’identifier les difficultés, Pro Infirmis a mené une enquête auprès d’une trentaine de personnes concernées en Suisse romande.

Visionnez notre film sur cette thématique (durée : 5’30’’)

L’offre de soutien aux personnes en situation de handicap est en pleine évolution. Au nom de l’autodétermination et de la vie autonome, la tendance est aux sorties d’institutions. La Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées, ratifiée en 2014 par la Suisse et qui revendique l’égalité dans tous les domaines de la vie, renforce cette tendance. Ainsi, le développement de mesures d’accompagnement pour favoriser l’autonomie est nécessaire. Grâce à un soutien adéquat, de plus en plus de personnes ayant une déficience intellectuelle peuvent vivre de manière autonome dans leur propre logement. Selon l’Office fédéral de la statistique, elles sont environ 70'000 en Suisse.

Enquête auprès de clientes et clients de Pro Infirmis

L’enquête a porté sur les achats de produits de consommation courants. Elle a permis de questionner 29 personnes ayant une déficience intellectuelle au sujet des difficultés qu’elles rencontrent dans leur rôle de consommatrices. Obstacles et facilitateurs ont ainsi pu être identifiés. Pour les personnes concernées, faire ses achats représente un moment de sociabilité qui permet de mettre en pratique l’autonomie acquise par un processus d’apprentissage et de s’affirmer en tant que personne indépendante. Cela contribue à une meilleure qualité de vie et favorise l’inclusion des personnes en situation de handicap.

Les obstacles à l’autonomie

  • Le personnel en rayons est souvent insuffisant ou indisponible. Il ne se sent pas forcément investi d’un rôle de vendeur et connaît parfois mal la marchandise.
  • Les informations figurant sur les emballages ainsi que les étiquettes de prix sont trop petites et par conséquent difficiles à lire.
  • Les prix ne sont pas toujours indiqués sur les emballages. Les étiquettes de prix sont parfois mal disposées sur les rayons et il est difficile de savoir à quel produit correspond une étiquette.
  • Les déplacements fréquents de la marchandise au sein du magasin provoquent une perte de repères.
  • La marchandise des rayons n’est pas toujours indiquée par de grands panneaux fixés au plafond.
  • Le passage aux caisses et le paiement de la marchandise sont trop stressants (rythme trop rapide).

 

Les pistes d’améliorations proposées par Pro Infirmis

  • Un effort pourrait être porté sur la sensibilisation du personnel aux besoins de la clientèle en situation de handicap ou âgée. Ainsi, le degré de disponibilité, de patience et de serviabilité du personnel pourrait augmenter.
  • Du personnel d’accompagnement pourrait être présent à certaines heures pour aider les personnes en situation de handicap à faire leurs achats.
  • Examiner comment les informations figurant sur les emballages pourraient être plus grandes et mieux lisibles
  • Donner plus de visibilité aux informations concernant les allergies de même que les dates de péremption
  • Proposer davantage de produits dont la quantité convient pour une seule personne
  • Proposer un plan du magasin à l’entrée afin de faciliter les repérages
  • Fixer de grands panneaux au plafond pour indiquer quel type de marchandise se trouve dans les rayons et y ajouter des images
  • Examiner une solution de regroupement des produits de base dans une « zone rapide », ce qui limiterait grandement les besoins de déplacements et serait également utile pour les personnes âgées et les parents avec de jeunes enfants
  • L’introduction du système de caisses « self service » par lequel les clientes et clients scannent eux-mêmes leurs achats devrait permettre au personnel de vente d’augmenter les contacts avec la clientèle
  • Introduire des « caisses lentes » pour les personnes qui souhaitent prendre leur temps et ne pas être stressées lors du passage à la caisse

Des avantages pour toutes et tous

Ne pas trouver le produit recherché parce qu’on a perdu l’orientation, ne pas oser demander de l’aide par peur de déranger… les difficultés que rencontrent les personnes ayant une déficience intellectuelle diffèrent peu de celles que rencontrent les personnes ayant d’autres handicaps, les personnes âgées, les parents accompagnés de jeunes enfants et même tout un chacun. Cependant, pour les personnes en situation de handicap, les obstacles sont plus difficiles à surmonter. Les aménagements qui pourraient être réalisés dans les lieux d’achats dans le but d’aider la clientèle à faire ses courses ne profiteraient donc pas uniquement aux personnes en situation de handicap (10% de la population) mais à une population bien plus large.

Mardi 29 septembre 2015 : parution d’un article sur le sujet dans le magazine
« FRC Mieux choisir » de la Fédération romande des consommateurs :
http://www.frc.ch/nos-actions/le-magazine/

Contact pour les médias :

Benoît Rey
Chef du département des prestations de services Suisse romande et Tessin
Membre de la Direction
Tél. direct : 058 775 30 88
Tél. portable : 079 305 52 93
benoit.rey@STOP-SPAM.proinfirmis.ch



Informations complémentaires

Offres cantonales

Vous désirez...

Share |
Compte des dons : CCP 80-22222-8