Retour

Journée des proches aidants : Pro Infirmis rend honneur aux jeunes proches aidants

En Suisse, 1,9 million de personnes ont besoin de l’assistance et des soins de proches. Une partie de ces proches sont des enfants et des jeunes – les «Young Carers». Leur entourage n’est souvent pas conscient de leur rôle et des difficultés que cela entraîne.  En cette journée des proches aidants, Pro Infirmis désire honorer tout particulièrement l’engagement considérable de ces jeunes. 

En Suisse, on estime que 8% des enfants, adolescents et jeunes adultes accomplissent des tâches d’accompagnement et de soins à un membre de la famille, d’aide au ménage, ou encore de communication avec des services médicaux et sociaux. Souvent, ces jeunes n’ont pas conscience de la charge qu’ils assument. Cela est devenu partie de leur quotidien suite à une situation d’urgence, parce que la famille manque d’argent, ou que d’autres solutions font défaut. Sommeil perturbé, tristesse, dépression et absentéisme scolaire ne sont que quelques-unes des conséquences possibles. Il est temps que notre société reconnaisse le rôle de ces jeunes proches aidants et trouve des solutions pour les décharger. 

Pro Infirmis soutient les proches aidants par diverses prestations : conseil social, service de relève, conseil en assistance, etc. Les politiques doivent être plus à l’écoute pour améliorer la situation des personnes qui prennent en charge un proche, sachant que, en Suisse, 20% de la population vit avec un handicap. Pro Infirmis salue les efforts des parlementaires qui s’engagent en faveur des proches aidants.   

Au niveau national, le Conseil des États a approuvé en mars 2022 une motion de la conseillère aux États Marianne Maret qui demande au Conseil fédéral d’uniformiser le statut juridique des proches aidants. Certes, des premières mesures d’urgence ont été introduites en 2021 avec la nouvelle loi fédérale sur la prise en charge de proches – améliorant entre autres la conciliation entre l’activité professionnelle et l’aide aux proches. Mais cette loi a de nombreuses lacunes. Il manque par exemple des mesures pour les personnes qui doivent renoncer partiellement ou totalement à leur carrière pour fournir de l’assistance ou des soins.

Une initiative parlementaire du conseiller national Christian Lohr, approuvée par la Commission de la sécurité sociale du Conseil des États en 2021, est en train d’être concrétisée. Cette initiative vise à permettre aux personnes aidées par des proches de les rémunérer avec la contribution d’assistance de l’AI. En effet, actuellement, les parents, enfants, grands-parents et conjoints ne peuvent pas être engagés comme assistants.

Ce n’est que la première étape : il reste encore beaucoup à faire au niveau politique pour améliorer la situation des proches aidants. Le 30 octobre, les directions cantonales de Pro Infirmis lanceront diverses actions pour remercier ces proches de leur engagement sans faille.  

Découvrez dans notre reportage sur les jeunes proches aidants, comment Lejla, une adolescente, soutient sa sœur autiste au quotidien et à quelles limites elle se heurte. 

pied de page

monter